Cours de forró

Vendredi - avec Isa

19h-20h - Les Acacias - Métro A - Jolimont

1 rue de l'Obélisque

3 vendredi par mois sont consacrés au forró

Danses afro-brésiliennes

Danses afro-brésiliennes : tous les premiers vendredi du mois - avec Isa et Afonso

19h-20h - Les Acacias - Métro A - Jolimont - 1 rue de l'Obélisque

Programme 2018-2019 :

  • 05 octobre : Samba no Pé
  • 02 novembre : Samba de Gafieira
  • 07 décembre : Afoxé (avec percussions)
  • 04 janvier : Dança Afro (avec percussions)
  • 01 février : Afoxé (avec percussions)
  • 01 mars : Samba no Pé
  • 05 avril : Maracatu (avec percussions)
  • 03 mai : Jongo da Serinha (avec percussions)
  • 07 juin : Forró Cassino

Pour vous inscrire

Venez d'abord à un premier cours d'essai gratuit. C'est possible toute l'année !

Si ça vous plait, au cours suivant apportez votre réglement et la fiche d'inscription que vous pouvez imprimer à partir du lien ci-dessous !

Paiement en plusieurs fois possible. Nous acceptons le règlement des inscriptions en Coupon Sport ANCV et chèques vacances ANCV. Voir les détails sur la fiche d'inscription.

Tarifs

L’adhésion annuelle de 20 euros est incluse dans les tarifs présentés ci-dessous.

Cours de danses du vendredi (forró + 1 autre danse une fois par mois)

- 110 euros par trimestre (3 mois)

- 200 euros par semestre (6 mois)

- 290 euros par an (9 mois)

Samba no Pé

La Samba, née au Brésil, vient de la fusion des cultures africaines, amérindiennes et européennes.
Cette danse, synonyme d’alegria (gaieté) est à la base du folklore brésilien.
La Samba no Pé ne se danse pas qu’au carnaval, mais en toute circonstance, les femmes y expriment toute leur féminité et leur sensualité, les hommes en revanche, y affichent leur « malandragem » (ruse et séduction) par des attitudes théâtrales.
On dit souvent que personne ne « samba » jamais de la même manière.

Afoxé

L’Afoxé est un rythme d’origine africaine, principalement joué dans les maisons de culte de Candomblé (terreiros).

Ce rythme est directement lié aux principes de la religion afro-brésilienne, de par les chants qui rendent hommage aux divinités afro-brésiliennes, des valeurs culturelles et de conscience de groupe qu’il véhicule, ainsi que de l’utilisation des instruments de percussion et la gestuelle de la danse.

L’afoxé peut être aussi appelé « Candomblé de rue », représentant ainsi les cortèges de fidèles sortant des terreiros pour défiler dans les rues durant le carnaval, permettant ainsi de maintenir vivantes leurs traditions africaines.

Le rythme principal de l’afoxé est le rythme Ijexa : https://youtu.be/UySm-9JPN4U

Grupo folclorico da Bahia : https://youtu.be/ixeoncWFi1c

Candomblé

Le candomblé est une religion afro-brésilienne.

Mélange de catholicisme, de rythmes indigènes et de croyance africaine, cette religion consiste en un culte des Orixas, dieux du Candomblé d’origine totémique et familiale, associés chacun d’entre eux à un élément naturel (eau, forêt, feu…).

Fondé sur la croyance en l’existence d’une âme propre à la nature, le Candomblé a été introduit au Brésil par les multiples croyances africaines des esclaves issus de la traite des noirs entre 1549 et 1888.

Danses et percussions

danse yemanja

La danse et la musique au Brésil se retrouvent quotidiennement dans tous les contextes : populaire, religieux, artistique, médiatique, etc.

Connues principalement par le biais de ses époustouflants carnavals (Rio, Salvador de Bahia, Recife, Olinda) on distingue malgré tout plusieurs styles : Samba , Axé , Frevo , Maracatu  Forro , Samba Reggae , Afoxé , capoeira...

C'est cet ensemble qui forme ce que l'on appelle la danse et la musique brésilienne, cet art est devenu aujourd'hui un moyen d'expression et de communication essentiel à ce mouvement issu du métissage des indigènes avec certains peuples d'Afrique et d'Europe. Les danses et les rythmes sont donc très diversifiés, et le peuple brésilien est devenu aujourd'hui une véritable source de créativité et de spontanéité

Samba de Rodadanse samba

D'origine bantoue , le samba de roda, avec la Capoeira et le Camdomblé est une expression de la culture afro-brésilienne.

Après les rigueurs de la roda, le samba de roda s'impose comme un moment de détente pour les capoeiristes. Au centre de la ronde (roda), un couple danse le samba (o samba). Bien souvent, les hommes se disputent pour pouvoir échanger quelques pas au centre de la roda.Synthèse entre tradition et "maladragem", le samba de roda anime également les stages ou démos.

Maculelê

danse maculele

Le maculelê est régulièrement pratiqué dans les académies de capoeira. Le maculelê est une sorte de ballet guerrier exécuté par des joueurs armés chacun de " deux grimas " (bâtons) ou de machettes. On frappe les bâtons en rythme et au quatrième temps, on percute ceux de son adversaire. C'est à Santo Amaro da Purificação (état de Bahia) que se dansait le maculelê dans des cérémonies profanes locales, en commémoration de Nossa Senhora da Purificação (2 Février), la sainte patronne de la ville.

Le maculelê a une forte expression dramatique. Dans le passé, il était exclusivement pratiqué par les hommes qui dansaient en groupe, en frappant les bâtons, les uns contre les autres, au rythme des atabaques et au son des chants populaires ou en dialecte africain. Il semblerait que cet art populaire d'origine africaine soit apparu au 18ème siècles dans les chants de cannes de Santo Amaro et il fut intégré dans les commémorations de cette ville.

 Puxada de Rede

danse puxa de rede

C'est une pêche théâtrale et chorégraphique basée sur des faits légendaires.

Ces derniers racontent l'histoire d'un groupe de pêcheurs qui dans leur travail quotidien sortait très tôt et revenait au crépuscule en espérant une bonne pêche. Un certain jour un de ces pêcheur fatigué de cette vie, partit en mer en déclarant que ce serait sa dernière pêche. Il laissa ses fils et son épouse au bord de la plage. La pêche se termina et les pêcheurs rentraient à terre quand la mer devint subitement agitée, faiblement, ils perçurent un son étrange qui venait d'une petite île, ils aperçurent au loin une personne qui chantait et se décidèrent a aller à sa rencontre. Quand ils arrivèrent il restèrent stupéfait en voyant une femme très belle et nue, mi humaine-mi poisson : une sirène qui chantait exclusivement pour le pêcheur qui ne voulait plus pécher. Ce dernier descendit de la barque pour aller à sa rencontre et accompagné de la sirène il descendit au fond de la mer.